L’ACCRE : quels changements pour 2019 ?

L’Aide aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d’Entreprise (ACCRE) est une aide destinée à encourager l’entrepreneuriat en proposant des avantages fiscaux aux créateurs ou repreneurs d’entreprise. Elle vise plus particulièrement, à l’heure actuelle, les demandeurs d’emploi bénéficiant de l’Aide au Retour à l’Emploi ou du Revenu de Solidarité Active (RSA).

La demande d’ACCRE se fait par le biais d’un formulaire à déposer auprès du Centre de Formalités des Entreprises 

À l’heure actuelle, ce mécanisme permet de bénéficier d’une exonération fiscale dégressive dans le temps, destinée aux demandeurs d’emploi.

Qui sont les bénéficiaires ? Quelles sont les conditions d’octroi ?

Dans les cas les plus fréquents, l’aide peut être demandée par les bénéficiaires de l’ARE, ou du RSA et les jeunes ayant entre 18 et 25 ans révolus. Elle concerne également les personnes salariées ou licenciées d’une entreprise qui fait l’objet d’une procédure collective.

L’activité créée ou reprise doit être industrielle, commerciale, artisanale, libérale ou agricole. Il doit s’agir d’une activité économique, ce qui exclut donc les associations et les GIE.

Il peut s’agir d’une entreprise individuelle ou d’une société. Dans ce dernier cas, pour bénéficier de l’aide, il faut que l’entrepreneur contrôle effectivement la société. L’entrepreneur doit donc détenir avec son conjoint ou partenaire (lié par un Pacs), ascendants et descendants au moins 50 % du capital.

Dans tous les cas, la détention et/ou direction de l’entreprise doit être exercée dans ces conditions pendant au moins 2 ans à compter de la création ou de la reprise pour bénéficier de l’exonération.

Quels sont les avantages ?

Avec l’ACCRE, le bénéficiaire est exonéré de cotisations sociales sur une durée d’un an. Si l’entreprise est soumise au régime micro-fiscal, cette exonération est possible sur une durée de 3 ans.

Pour bénéficier de cette exonération, la rémunération doit être inférieure au Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS), soit 39 732 € en 2018. L’exonération est totale si la rémunération est inférieure au montant correspondant à ¾ du PASS. Enfin, l’exonération est dégressive entre ces deux montants (supérieure à ¾ du PASS et inférieure au PASS).

Quelles cotisations sont concernées ?

Les entrepreneurs sont exonérés du paiement des cotisations à l’assurance maladie, maternité, invalidité, décès, aux prestations familiales et à l’assurance vieillesse de base. Les autres cotisations sont dues, notamment la CSG et la CRDS ou encore la retraite complémentaire obligatoire.

La réforme prévoit l’extension du dispositif d’ACCRE à tous les entrepreneurs en 2019

Le bénéfice de cette aide à la création d’entreprise est réformée en profondeur à compter du 1er janvier 2019 et va changer de nom : on parlera alors d’ « exonération de début d’activité ».Les raisons de la réforme

Cette extension s’inscrit dans le cadre d’une politique plus générale destinée à faciliter au maximum la création d’entreprise. En effet, durant l’élection présidentielle de 2017, cet aspect était l’un des axes principaux de la campagne d’Emmanuel Macron, alors candidat. Une fois élu, plusieurs mesures en faveur des entrepreneurs ont été prises, dont la suppression du RSI, l’instauration d’un droit à l’erreur pour les entrepreneurs, le gel de l’inflation des normes ou encore l’extension des dispositifs d’aide à la création d’entreprise.

C’est donc avec le Projet de Loi de Finances de la Sécurité Sociale pour 2018, que cette mesure est introduite. Elle sera mise en œuvre à compter du 1er janvier 2019.

Le contenu de la réforme

Le nouveau dispositif, baptisé « exonération de début d’activité de création ou de reprise d’entreprise » a donc un champ d’application bien plus large. Les conditions tenant aux bénéficiaires s’en trouvent simplifiées. Il s’agit de tout repreneur ou créateur d’entreprise qui est concerné désormais par cette exonération de début d’activité. L’aide n’est donc plus seulement réservée aux demandeurs d’emploi, aux bénéficiaires du RSA et aux jeunes entre 18 et 25 ans.

Les autres conditions restent les mêmes : montant de l’exonération, plafond et entreprises concernées. Seuls les bénéficiaires changent, afin que l’aide soit octroyée au plus grand nombre. Cette mesure, selon le gouvernement, devrait bénéficier à 350 000 personnes, contre 250 000 à l’heure actuelle. Selon ce dernier, pour un entrepreneur réalisant 30 000 € de revenu net la première année, il s’agit d’une économie de 9 500 €.

Comment bénéficier de l’ACCRE ?

Pour effectuer sa demande d’ACCRE, il faut remplir et signer le formulaire Cerfa n° 13584*02, disponible en ligne :

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/R17122.

Celui-ci doit être transmis au CFE lors de la création de l’entreprise ou au plus tard dans les 45 jours qui suivent.

Il faut notamment attester sur l’honneur que l’ACCRE n’a pas été accordée au cours des 3 dernières années. Si la demande se fait lors de la création de la société, il faut le mentionner dans le cadre correspondant sur le formulaire de création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.